Projet de loi 168

Projet de loi 168

Le Centre de l’enfant et de la famille (le Centre) s’engage à offrir un environnement à la fois inclusif et diversifié où la dignité et la valeur de tout individu, qu’il s’agisse d’un client, d’un employé ou d’un visiteur, sont respectées. Il offre l’égalité des droits et des occasions sans violence, harcèlement ou discrimination, selon la Loi sur les droits de la personne et la Loi sur la santé et la sécurité au travail de l’Ontario, sans exception.

Tout harcèlement, qu’il soit général ou sexuel, n’est pas toléré en milieu de travail ou autre.

Toute violence, qu’elle soit directe ou indirecte, n’est pas tolérée en milieu de travail ou autre.

Selon cette politique, toutes les procédures sont confidentielles compte tenu du caractère délicat des plaintes (et des conséquences de celles-ci) de discrimination, de harcèlement et de violence.

C’est la responsabilité de la direction d’assurer que toute source de menace est reconnue et que des procédures sont mises en place pour minimiser tout risque au personnel.  En outre, la direction assurera que les employés sont informés de tout risque ou danger et sont formés afin de prendre les mesures nécessaires pour se protéger de menaces ou de gestes de violence, réels ou raisonnablement interprétés comme tels.

C’est le devoir de chaque employé de suivre toutes les procédures écrites et d’informer la direction de tout acte présumé ou confirmé de discrimination, harcèlement ou violence.

Le Centre accommodera tout employé souffrant d’une incapacité pourvu que celui-ci puisse remplir les fonctions essentielles de son poste et que cette accommodation ne créée par de contraintes excessives pour le Centre.

Le Centre appuie le droit de tout individu de faire une plainte et de chercher une solution à ce qu’il perçoit comme un cas de discrimination, harcèlement, violence, manque d’accommodation (sans contrainte excessive pour le Centre) ou toute autre atteinte à ses droits.